Le Prince des Feuillus

Le hêtre commun ou fayard (Fagus silvatica) est le prince des feuillus, il borde toutes les allées de l’arboretum. Il peut s’élever jusqu’à 35m de haut et vivre 400 ans. Il appartient comme le chêne à la famille des Fagacées.

Le tronc de l’arbre est protégé par une écorce lisse et grisâtre. Les bourgeons végétatifs sont longs, effilés, pointus et couverts d’écailles brun clair. Le débourrement se produit fin avril-début mai donnant naissance à des feuilles simples, entières, de forme ovale qui sont bordées de poils blancs. On dit souvent en comparant la feuille poilue du hêtre à la feuille dentée du charme « le charme d’Adam (à dents), c’est d’être (hêtre) à poils ».

Les feuilles mortes brunissent mais ne tombent pas à l’automne, elles restent fixées sur les branches pendant l’hiver (elles sont marcescentes). Le système racinaire est associé avec de nombreux champignons (bolets, amanites, girolles) sous forme des mycorhizes qui facilitent l’absorption de l’eau et des sels minéraux du sol.

La floraison se produit tardivement, lorsque l’arbre est âgé de 50 à 80 ans. Un même arbre porte à la fois des fleurs mâles et des fleurs femelles qui apparaissent en avril-mai. Elles sont discrètes car dépourvues de pétales. Les fleurs mâles de teinte jaune, composées de nombreuses étamines, sont regroupées en chatons globuleux, pendants.

Les fleurs femelles de couleur verte sont associées par deux dans une enveloppe couverte de pointes. Après la pollinisation par le vent, cette enveloppe se durcit pour donner la cupule qui s’ouvre par quatre valves pour libérer deux fruits. Ces fruits, de forme tétraédrique et de couleur brune sont des akènes appelés faines. Ils sont disséminés et consommés par de nombreux animaux (rongeurs, sangliers, oiseaux) car ils sont riches en lipides et glucides. Lors de la germination, la plantule comporte deux grands cotylédons caractéristiques (premières feuilles) de forme semi-circulaire. Le hêtre peut s’installer sur des sols très variés, mais il est exigeant vis-à-vis de l’humidité. Il demande une atmosphère humide, des précipitations annuelles régulières, supérieures à 700 mm, souvent associées à des brouillards. C’est également une essence d’ombre qui demande un faible éclairement pendant les premières années de son développement. Ceci rend sa régénération difficile après une coupe.

Le hêtre est bien représenté en France dans les plaines (Picardie, Normandie, Bretagne) et les collines (Bourgogne, Franche Comté) sous forme de hêtraies pures ou de forêts mixtes (chênaies-hêtraies). En montagne, entre 1200 et 1600 m, il est souvent associé à des résineux (hêtraies-sapinières). Il est très rare en région méditerranéenne. Le hêtre est très utilisé en menuiserie, pour faire de la pâte à papier et comme combustible.

Christiane LICHTLÉ
Conseillère municipale déléguée aux espaces verts
Docteure en sciences naturelles

Le Prince des Feuillus en images

À lire aussi