Urbanisme : Monsieur le Maire fait le point

Chères Gabiniennes, chers Gabiniens,

Vous connaissez parfaitement mes orientations en matière d’urbanisme. Plus que jamais elles demeurent intactes : préserver le caractère principalement pavillonnaire de notre commune.

Ma conviction reste identique aux choix que j’ai faits dès ma prise de fonction en août 2019, en mettant un arrêt définitif au projet de construction de 1750 logements dans les anciennes carrières
de l’ouest. Trois ans après, je suis fier de voir débuter les travaux de sécurisation qui aboutiront d’ici 2 ans à l’aménagement d’un parc verdoyant, réservoir de biodiversité, en partie ouvert au public.

L’appétit des promoteurs immobiliers, s’il n’est pas contré, mènera à la densification de notre territoire communal. Avec les services municipaux, nous continuons à nous donner les moyens juridiques de refuser un maximum de permis de construire. En effet, dès que je le peux, je m’oppose au bétonnage de notre ville. Depuis ma prise de fonctions 2459 logements ont été refusés suite à des permis de construire déposés et non accordés.

C’est un crève-cœur de voir des constructions s’élever un peu partout en ville. En effet, à partir de l’acceptation d’un permis, le titulaire de l’autorisation a un délai de 3 ans pour le mettre en œuvre. De plus le chantier peut durer plusieurs années avant la livraison des logements.

Certains promoteurs auxquels j’ai refusé d’accorder un permis ont recours au Tribunal administratif pour obtenir gain de cause. Dans certains cas nous l’emportons. Dans d’autres, la Justice n’entend pas notre lecture. Suite à une décision de justice défavorable à la Ville, je me retrouve obligé de mettre en œuvre la décision de justice qui enjoint à la commune de délivrer le permis.

C’est le cas actuellement pour 3 permis où le Tribunal administratif m’a enjoint à signer des permis de construire au :

  • 49-51 rue Henri Barbusse (50 logements) ;
  • 74-76 rue Henri Barbusse (52 logements) ;
  • à l’angle des rues de Meaux, du Chemin de fer et de la Mare (7 600 m² et 222 logements).

Dans ces 3 affaires, comme je m’y suis engagé auprès des riverains que j’ai rencontrés, je ne lâcherai rien. Depuis plusieurs semaines, mes services et les avocats de la Ville travaillent à la mise au point de nouveaux arguments que je ferai valoir au Conseil d’Etat. J’irai au bout de la procédure pour dire NON à ceux qui, parmi les promoteurs immobiliers, veulent faire de Gagny, un terrain de jeu où ils sont seuls à gagner.

Votre Maire.