Interview de Shuan Hern Lee

Quand je joue, je ne pense pas à la compétition. Je donne le meilleur de moi-même en profitant du moment sur scène.

Dites-nous qui vous êtes.
Shuan Hern Lee : J’habite Perth en Australie. Je pratique 8 heures de piano par jour car j’aimerais devenir pianiste professionnel. Je suis à l’université. En dehors du piano, j’aime lire. Quand je joue, je ne pense pas à la compétition. Je donne le meilleur de moi-même en profitant du moment sur scène.

Comment avez-vous connu l’existence du concours de Gagny ?
Shuan Hern Lee : Une de mes amis y a participé il y a quelques années. Elle m’a dit que le concours était vraiment bien organisé et j’ai décidé d’y participer.

Vous devez avoir matière à comparer…
Shuan Hern Lee : Oui. Par exemple, après-demain, je serai à Vigo en Espagne, puis après je pars en Chine et fin mai je serai à un concours aux Etats-Unis.

Que nous jouerez-vous pour la Carte blanche qui vous est réservée dans la prochaine saison culturelle ?
Shuan Hern Lee : Ah… C’est difficile à dire. J’ai un répertoire incalculable et j’apprends très vite, donc de nombreuses pièces à proposer. Mais j’aime Chopin, Bach, Rachmaninov… pas tellement Mozart que je trouve trop spectaculaire.

Qu’avez-vous pensé de Gagny ?
Shuan Hern Lee : C’est la première fois que je viens en France. Par rapport à Paris j’ai aimé Gagny parce que c’est plus petit, plus chaleureux et les bâtiments sont très décorés, modernes, architecturalement diversifiés.

Propos recueillis par le service de communication de la Mairie de Gagny.

À lire aussi

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×