Budget de la ville

Le vote du budget est un acte essentiel dans la vie de toute collectivité territoriale, il traduit en termes financiers les choix politiques de la Municipalité.

Pour l’année 2017, le budget de notre ville, élaboré dans un contexte financier très contraint, reste placé sous le signe de la rigueur et de l’ambition. Toutefois, la Municipalité s’est engagée à maintenir ses taux d’imposition, qui restent les mêmes depuis 20 ans.

La gestion de la Municipalité repose sur trois piliers : La maîtrise des dépenses de fonctionnement pour poursuivre l’investissement, la maîtrise de la capacité de désendettement et la maîtrise de la fiscalité directe locale pour ne pas étouffer les Gabiniens par l’impôt.

De nouvelles contraintes pèsent sur le budget

L’État, premier contributeur des collectivités territoriales, tend à se désengager depuis quelques années. Il a ainsi privé Gagny de 9 millions d’euros en 4 ans.

Par ailleurs, le conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a supprimé en 2016 les aides annuelles de fonctionnement aux crèches municipales. Cela 500 000 euros par an pour la ville de Gagny  et 9 millions d’euros par an sur l’ensemble du département.

Fonctionnement vertueux, investissements ambitieux

Loin de s’opposer, ces deux objectifs seront atteints grâce à un contrôle, toujours plus vigilant, des dépenses engagées et à une réflexion menée autour des choix d’investissement. La Ville réussit, grâce à un effort de gestion important, à maintenir un taux d’investissement important, financé depuis 2014 sans aucun emprunt, et donc à maîtriser ses dépenses de fonctionnement tout en garantissant une qualité de service public.

Au cours de la séance du 27 mars 2017, le Conseil Municipal de Gagny a adopté le budget de 2017. Il permettra de poursuivre la politique d’investissement de la collectivité, tout en assurant un service public de qualité aux Gabiniens. Ce budget s’élève à 75 millions d’euros, répartis en 29 millions d’euros pour les dépenses d’investissement et 46 millions d’euros pour les dépenses de fonctionnement. Grâce à l’attention permanente portée sur les grands équilibres budgétaires ainsi qu’à la bonne santé financière de la Ville, la Municipalité peut poursuivre la stratégie qu’elle met en œuvre depuis de nombreuses années. En effet, parallèlement au maintien de sa pression fiscale et à la maîtrise des dépenses de gestion courante, la Ville renforce son autofinancement et accélère ainsi le remboursement de sa dette.

Grands postes de dépenses : investissement et fonctionnement confondus

  • Services généraux, administration publique locale : 17,2 millions d’euros.
  • Aménagements urbains, environnement : 3,7 millions d’euros.
  • Culture, sport, jeunesse : 9 millions d’euros.
  • Voirie : 1 million d’euros.
  • Écoles-formation : 7,5 millions d’euros.
  • Social, famille, logement, petite enfance : 8,1 millions d’euros.

Et des grands projets pour 2017

Malgré les contraintes budgétaires, Michel Teulet, Maire de Gagny, a maintenu son ambition pour le cadre de vie des Gabiniens. À ces grands postes de dépenses s’ajoutent de grands projets.

  • La fin des travaux de la place Foch : 1,75 millions d’euros.
  • La construction de l’école maternelle La Fontaine : 5,295 millions d’euros.
  • La poursuite de l’important programme de rénovation de la voirie et de l’éclairage public : 4,49 millions d’euros
  • La fin de la rénovation du gymnase de la rue de Franceville : 140 000 euros
  • Les travaux d’accessibilité : 233 000 euros
  • La vidéo protection : 177 000 euros
  • L’acquisition de 15 véhicules électriques : 460 000 euros
  • Le ravalement des bâtiments communaux : 680 000 euros

Un endettement maitrisé et un autofinancement préservé

La Ville de Gagny possède l’un des meilleurs niveaux d’autofinancement de Seine-Saint-Denis avec 314 euros par habitant. Le montant pourra éventuellement varier à la hausse, en fonction des économies de gestion réalisées grâce à un contrôle strict des dépenses. Ce niveau d’autofinancement répond à la volonté du Maire, Michel Teulet, de maintenir une épargne élevée, afin de préserver les marges de manœuvre et de réduire le recours à l’emprunt.

À lire aussi

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×