1871-1918. La Belle Époque… puis la Grande Guerre

La Troisième République, d’abord contestée par les tenants du retour à la monarchie ou à l’Empire, s’impose progressivement. Le pays connaît malgré quelques heurts (laïcisation de la société, affaire Dreyfus, etc.) une période de stabilité et de croissance économique continue. Mais la Première Guerre mondiale va profondément transformer ce cadre. Monsieur le Maire devient un personnage incontournable de la vie villageoise ou citadine, qu’on salue avec déférence.

Voici les Maires de Gagny, sur cette période…

Michel ROYER : 18/06/1876 – 07/07/1878

Jules Hippolyte REGLEY : 07/07/1878 – 18/05/1884

Léon BRY : 18/05/1884 – 10/03/1893

Il est connu pour s’être battu pour l’acquisition du château de Laugier-Villars afin d’y installer l’Hôtel de Ville. Pour lui rendre hommage, son successeur vote l’acquisition d’une concession perpétuelle à son nom ainsi qu’un monument en son honneur au cimetière communal. Une rue de Gagny porte également son nom.

Amédée MARCHAND : 10/03/1893 – 20/04/1894

Il meurt le 20 avril 1894 avant d’avoir pu achever son mandat.

Jean Victor GUILLET : 10/06/1894 – 17/05/1896

Avant de devenir maire de Gagny, il officiait auprès de la famille Guillemeteau en tant que cocher.

Edmond RUCH : 17/05/1896 – 17/07/1898

Malade, il est démissionnaire dès le 8 janvier 1898.

Georges REMOND : 17/07/1898 – 15/05/1904

C’est sous son mandat que fut inaugurée la première Salle des Fêtes de la commune de Gagny.

Gustave BERTIN : 15/05/1904 – 26/12/1904

Elu avec 20 voix sur 21. Il démissionne à cause d’un problème de comptabilité dans le budget de la ville.

Louis DEMATHIEU : 05/02/1905 – 14/05/1905

Il est remplacé suite aux élections complémentaires du 30 avril 1905.

Gustave AMAND : 14/05/1905 – 17/05/1908

Georges REMOND : 17/05/1908 – 11/12/1910

Il décède le 11 décembre 1910. Au lendemain de son décès, la rue du parc dans le quartier de l’époque est renommée rue Georges Rémond, car il habitait au numéro 17 de cette même rue.

Edmond RUCH : 15/01/1911 – 05/07/1917

C’est sous son mandat que le toit de l’hôtel de Ville est transformé en 1912. Il décida aussi l’installation d’une plaque commémorant l’épisode des taxis de la Marne, alors même que la guerre n’était pas terminée, mais celle-ci ne sera inaugurée qu’en 1920.

À lire aussi

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×