1849. Arrivée du chemin de fer à Gagny

Une photo postale ancienne de la gare de Gagny

1842, la création d’une ligne de chemin de fer reliant Paris à Strasbourg est décidée.

Les travaux commencent en 1845 pour une mise en service progressive : Paris-Meaux, Paris-Épernay puis Paris-Strasbourg. Jusque-là, seuls des services coûteux de voitures publiques tirées par des chevaux permettent d’assurer le transport des personnes. Beaucoup de Gabiniens désirant se rendre dans la capitale doivent y aller à pieds. Le chemin de fer favorisera également le transport des marchandises.

Les réactions du Conseil Municipal

Une fois le projet connu, le Conseil Municipal de Gagny réaffirme l’intérêt du choix de Gagny par une délibération de décembre 1846 : il vante la situation avantageuse du site,  traversé par une route départementale et se trouvant dans  un rayon de moins de trois kilomètres des villages de Clichy, Montfermeil et Neuilly-sur-Marne. Le Conseil vante surtout l’avantage économique que représente Gagny avec entre autres  six belles carrières à plâtre en pleine exploitation.

Les débuts

La mise en service de la ligne de Paris à Meaux a lieu le 5 juillet 1849. Le prix d’un aller-simple de Paris à Gagny, tel que nous le révèle l’historien Georges Guyonnet, était le suivant : 1,45 francs en première classe, 1,10 francs en deuxième et 0,80 franc en troisième. Le 2 septembre, le président de la République en personne, Louis-Napoléon Bonaparte, inaugure l’ouverture de la ligne de Paris à Épernay. Le train présidentiel ne s’arrête pas avant Lagny, mais son passage est salué à Gagny et dans les autres stations par les gardes nationales et les gendarmeries, ainsi qu’un nombreux concours de population.

Un bilan contrasté

Quelques années après l’inauguration de 1849, les stations de Bondy puis du Raincy ouvrent à leur tour. Il faut alors 43 minutes pour relier Gagny et Paris. Malgré les nombreux espoirs placés dans le développement industriel et commercial de la commune grâce au chemin de fer, celui-ci ne rencontre pas le succès escompté. Il est toutefois indéniable que l’urbanisation du village de Gagny, à partir de la fin du XIXe siècle, en a été facilitée.

Les deux gares

La première gare se distinguait par une rotonde avancée côté Villemomble. La décision de détruire ce premier bâtiment fut prise en 1913 pour donner la gare que nous connaissons aujourd’hui. Le mur de soutènement du talus du chemin de fer au niveau du pont fut bâti à la même époque. Le nombre des voies ayant doublé, un deuxième pont est ajouté.

Des accidents tragiques

Plusieurs drames sont survenus sur le territoire de la commune. Dès les  travaux de construction du chemin de fer, un grave incident se produisit. Le 1er juillet 1847, deux ouvriers périrent,  victimes d’un éboulement. Le 5 mars 1877, le train-poste numéro 37 parti de Paris vint heurter un train de marchandises suite à une erreur d’aiguillage. Les blessés furent conduits chez le restaurateur Renaud, propriétaire d’un café-restaurant aujourd’hui disparu,  et soignés sur place. Quatre personnes perdirent la vie.

Aujourd’hui

Située depuis 1999 sur la ligne E du RER reliant Paris-Saint-Lazare à Chelles, la gare de Gagny comprend quatre voies et accueille quotidiennement plus de 6000 voyageurs.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×